Recherche sur le blog

dimanche 5 janvier 2014

[Actualités] Les grands moments de 2013, Pt. II

En ce début d’année, nous allons consacrer ce second article uniquement aux jeux vidéos, en abordant la sortie des consoles next-gen. Face à celles-ci, Valve a souhaité riposter en lançant le concept des “Steam Machines”. Le studio a d’ailleurs commencé à envoyer le matériel aux testeurs Beta. Dans le lot, il ne faut bien sûr pas oublier Nintendo qui continue sur sa lancée avec sa Wii U, qui présente malheureusement une configuration déjà dépassée, puisque ses performances sont plus proches de la PS3 ou de la Xbox 360. Un peu à la traine selon les statistiques, elle reste malgré tout la console idéale pour les plus jeunes, ou pour les aficionados de Mario, Donkey Kong et Zelda.

Microsoft / Sony sur les devants de la scène

L’attente fut longue mais elles sont enfin là ! Les joueurs ont longtemps spéculé sur les deux machines, surtout suite aux annonces des deux constructeurs. Microsoft avait plutôt mal commencé, en souhait proposer une console obligeant l’utilisateur à être régulièrement connecté à internet pour permettre le lancement des jeux. Huée par les joueurs, la société a été obligée de revoir sa copie, pour revenir à un système plus classique, en utilisant au maximum les supports physiques (le Blu-Ray en l’occurrence), alors que l’idée initiale était de se rapprocher du “tout numérique”, un peu à l’image de Steam.

Sony de son côté en a bien profité. En plus d’annoncer que la revente de jeux se ferait exactement de la même manière que maintenant, ils en ont profité pour tacler leur concurrent sur de nombreux points, en se moquant presque des choix de l’autre, et ce en public. Un comportement assez puéril en soi mais qui, sur le plan marketing, a l’air d’avoir plutôt bien fonctionné. Nombreux sont les joueurs qui avaient annoncé un 80% Sony – 20 % Microsoft. Bien sûr, il ne s’agissait là que de pures spéculations puisque dans les faits, les ventes sont bien plus serrées que ça.

Internet est une plate-forme qui permet d’échanger ses opinions sur de nombreux forums. Inutile de dire que certains messages étaient d’un niveau à la limite du pitoyable, autant sur les sites français qu’anglais ou américains. Aujourd’hui, on passe son temps à spéculer et à comparer tout et son contraire. Il est dommage, encore aujourd’hui, de voir certaines personnes ne pas pouvoir se forger leur propre avis sur la question.

Bref, les deux constructeurs ont misé sur une architecture x86, se rapprochant évidemment de celle des PC. Avec une configuration très proche, les deux proposent des machines très intéressantes, notamment au niveau du prix. Le pack PS4 + manette était proposé à 399 euros au lancement, quant à la Xbox One, elle était proposée à 499 euros avec Kinect inclus. Cent euros qui font la différence ? Pas forcément.

Spécifications techniques de la PS4

Sur le site de Sony, on peut lire qu’elle possède un processeur AMD “Jaguar” 8 cœurs cadencé à 1,6 Ghz, accompagné d’une puce graphique AMD Radeon de la série 7000M (1152 GPU cores @ 800 MHz). Question RAM, elle est épaulée par 8 GB de GDDR5, qui a l’avantage d’être une mémoire extrêmement rapide (176 Go/s). Le disque dur a une taille de 500 GB et peut être changé par l’utilisateur sans faire sauter la garantie. Au niveau de la connectique, on retrouve une sortie HDMI 1.4, un connecteur Ethernet gigabit, le WiFi à la norme 802.11n, une sortie optique, une sortie AUX, deux ports USB 3.0 “Super Speed” et le Bluetooth 2.1.

PS4_front_rear1

Au niveau des dimensions et du poids, la console mesure 275x53x305 mm (largeur – hauteur – longueur) et pèse 2,8 Kg. A titre de comparaison, la PS3 “Slim” mesure 290x65x290 mm et pèse tout de même légèrement plus de 3 kg. Cette information avait été révélée à la conférence E3, à titre d’information.

La PS Vita pourra servir de manette et permettra donc au joueur de quitter temporairement sa console. Ce n’est pas réellement une nouveauté, mais ça ravira ceux qui aiment passer du temps aux toilettes par exemple (non, ne soyez pas vexés voyons !). Et si la télévision est monopolisée par les parents, plus d’excuse pour refuser une partie en multi joueur.

Quant à la manette, – la vraie –, le nom de DualShock est conservé : il s’agit désormais de la version 4. Elle possède un pavé tactile, qui permettra d’offrir une nouvelle manière de jouer, pour autant que les développeurs prennent la peine de sen servir ! C’est visiblement le cas dans Killzone Shadow Fall et il en sera de même dans InFamous Second Son. Un bouton de partage fait son apparition, les joysticks ont été revus ainsi que les gâchettes, et on note également la présence d’un haut-parleur et d’une prise pour un casque. La DS4 fait également office de contrôleur PS Move. Côté autonomie, la batterie offrirait 7 à 8 heures seulement. A noter que celle-ci n’est pas amovible !

Spécifications techniques de la Xbox One

La console de Microsoft est plus imposante. Celle-ci mesure 343x80x263 mm et pèse 3,2 Kg. Contrairement à la PS4, l’alimentation a été externalisée, ce qui possède plusieurs avantages : non seulement si le bloc vient à rendre l’âme, il peut facilement être changé sans renvoyer toute la console, mais aussi, cela a permis de minimiser la chauffe à l’intérieur de la machine.

xbox-one

Le design sobre et très rectangulaire pourrait déplaire à certains, mais la machine est pourtant bien finie. Côté matériel, elle embarque également un CPU AMD “Jaguar” avec 8 cœurs, cette fois cadencé à 1,75 Ghz. Le GPU est aussi un AMD Radeon de la série 7000M mais légèrement inférieur (768 GPU cores @ 853 MHz) à celui intégré à la PS4. Au niveau de la mémoire, c’est la technologie DDR3 qui a été conservée. La bande passante de la mémoire est donc également inférieure. 32 MB d’eSRAM viennent s’ajouter, qui permettra, si elle est bien exploitée, d’améliorer les performances à ce niveau. Pour le stockage, elle dispose d’un disque dur de 500 GB qui lui, n’est pas amovible. On compte sur les futures mises à jour pour pouvoir utiliser des disques externes !

Au niveau de la connectique, on retrouve un port Ethernet gigabit, deux ports USB 3.0, dont un situé sur le flanc gauche, une sortie HDMI, une entrée HDMI (pour brancher un décodeur compatible, qu’on pourra utiliser avec l’application “Télé”), une sortie optique, ainsi que le Wi-Fi à la norme n.

La manette a subi un léger lifting, même si dans les faits elle est très proche de la précédente version. Une grande nouveauté : les gâchettes à impulsions, offrant un retour de vibration plus ou moins élevé, en fonction de ce qui a été programmé dans le jeu exploitant la technologie. Dans Forza 5, les gâchettes peuvent vibrer lors des accélérations ou des freinages. Au niveau des boutons, on note une amélioration des sticks et une nouvelle croix directionnelle. A noter que les lettres X, Y, A et B, sont plus lisibles qu’avant, et que le bouton central est situé bien plus haut. Initialement fournie avec des piles, il est possible d’y placer une batterie (disponible avec le kit Play & Charge). Son autonomie dépasse aisément celle de la DualShock.

Les fonctionnalités multimédia

Qu’on se le dise, les deux consoles ne sont pas encore prêtes pour faire office de centre multimédia complet. Par exemple, la PS4 n’est même pas encore capable de lire les MP3 ou même les CD Audio, alors que la Xbox One peut le faire. Pour le cas du DLNA, Sony n’a pas souhaité rajouter une telle fonctionnalité à sa console, alors qu’il l’avait pourtant fait pour la PS3. Quant à la Xbox One, elle n’a pas reçu sa certification, et donc, impossible d’envoyer quoi que ce soit sauf via Play-To, qui est assez limité (notamment du point de vue “compatibilité des formats”). On se contentera donc des Blu-Rays pour l’instant.

dlna

Il y a encore la possibilité d’utiliser les services en ligne qui sont proposés par chacun. D’un côté, Sony propose Video Unlimited et Music Unlimited, quand de l’autre on retrouve Xbox Video et Xbox Music.

Kinect ou PS Move… Utile ou inutile ?

D’après les internautes, il s’agit là de gadgets plus qu’inutiles. Cependant, c’est tout de même ce qui permet aux deux consoles de viser un public plus large. Toute la famille peut maintenant profiter de jeux différents, pour par exemple danser, faire du fitness, jouer au tennis, tirer à l’arc, etc. Ce qui fait gadget par contre, c’est la reconnaissance vocale, qui est clairement perfectible. Par exemple, sur la Xbox One, il faut donner des ordres directs et précis. Dans la majorité des cas, on ira bien plus vite en prenant la manette. C’est par contre plus intéressant pour effectuer des recherches (on gagne du temps à dire “Assassin’s Creed” plutôt que de l’écrire).

Du social… En veux-tu, en voilà

Ils s’en sont beaucoup vantés, de ces fonctionnalités. Sur les deux machines, vous avez la possibilité de partager des vidéos de vos exploits ! De plus, les interfaces sont pensées de telle sorte à ce que vous ayez toujours les informations les plus récentes concernant vos amis. Côté Xbox One, on retrouve également le logiciel Skype, qui vous permet de téléphoner partout dans le monde.

Les jeux “indépendants”

Microsoft et Sony ont bien évoqué le fait de mettre en avant les jeux “indés”. Parmi les jeux déjà sortis sur PS3, Journey est plusieurs fois ressorti du lot. Minecraft lui aussi a récemment fait son apparition sur la console de Sony, et avant ça sur Xbox 360 et PC. Pour se démarquer du PC, il faudra bien sûr jouer la carte de l’exclusivité, car le catalogue de Steam est plutôt complet à ce niveau.

Et la Wii U dans tout ça ?

Sortie vers la fin de l’année 2012, elle peine encore à se faire une place ! Les chiffres parlant d’eux-même, même s’il s’agit là d’une console idéale pour un public plus jeune, ou tout simplement pour ceux qui sont restés des grands fans de grands classiques comme Mario (Super Mario Bros, Mario Kart), Donkey Kong, ou Zelda. Pour rappel, elle a tout de même introduit la tablette officiant comme une manette ! On se retrouve donc avec deux écrans, dont l’un tactile permettant d’effectuer des opérations plus complexes. Dans Rayman, on se retrouve donc à déclencher des mécanismes inaccessibles pour aider un autre joueur à avancer. Pourquoi pas !

Consoles portables ?

Sony a évoqué la sortie d’une nouvelle PS Vita, se voulant plus abordable. Elle perdra, dans la course, son écran OLED, mais viendra s’aligner sur sa concurrente, la Nintendo 3DS, qui connait elle un succès plus important. Pas de 3G non plus, mais elle sera déclinée en plusieurs couleurs.

En 2013, on retiendra de Nintendo sa 2DS, qui permet de jouer aux derniers titres et ce à un prix réduit. Avec son design tout plat et tout plastique, elle ne fait pas vraiment l’unanimité, sans compter qu’elle propose le son en mono plutôt qu’en stéréo, ce qui n’est pas vraiment à son avantage.

nintendo-2ds

La prise en main est, selon les dires, déconcertante durant les premières heures, mais il semblerait qu’on s’y fasse assez vite. Les gâchettes seraient visiblement assez rigides. Qu’on se le dise, la Nintendo 2DS est destinée à ceux qui ont un budget plus restreint.

Valve et ses “Steam Machines”

Tout un temps on a parlé de la Steam Box, et elle est bien réelle. En fait, on appelle ça les “Steam Machines”. Il s’agit de PC dont la configuration est prédéfinie par Valve (mais qui pourra être modifiée par l’utilisateur) et qui visent à s’imposer dans le salon, en tant que console.

Valve a récemment dévoilé la configuration des 300 premiers prototypes. C’est du lourd, du très très lourd, puisque la valeur du matériel a été estimée entre 1500 et 2000 euros. Depuis peu, les premiers testeurs Beta ont pu recevoir des machines afin de voir ce dont elles étaient capables. Celles-ci tournent sous un système d’exploitation Ubuntu, customisé et destiné à faire tourner Steam.

En ce qui concerne le matériel, iFixit a “déshabillé” la machine et lui attribue un bon 9/10. Une conception propre, et du matériel de qualité qui compose ces machines. On fera cependant un grand arrêt sur image sur la manette, qui est, à première vue, plutôt étrange. Elle intègre deux trackpads, visant à remplacer des joysticks, afin d’améliorer la précision des mouvements par exemple. D’ailleurs, Génération-NT nous propose quelques vidéos de la prise en main, pour nous donner une petite idée du fonctionnement.

steam-controller

Même si l’idée est bonne de la part de Valve, il reste des interrogations en suspens, comme le prix définitif de ces machines. Aussi on pourrait se demander s’il n’est pas plus facile de se monter un PC soi-même en choisissant minutieusement les composants et en achetant une licence de Windows 8 ? Signalons également que Steam OS est un basé sur une distribution Linux (Ubuntu pour être précis), et on le sait, le catalogue de jeux est moins fourni avec actuellement 450 titres. L’OS encore en version bêta, lance en effet le même mode Big Picture que l’on connait bien, et ne propose rien de bien différent. Bien sûr, les lacunes peuvent être justifiées par le fait qu’il s’agit encore d’une version en cours de développement. Une chose est sure : à l’heure actuelle, on ne peut se prononcer sur l’avenir de ce projet, ni sur l’impact que cela aura sur la communauté des joueurs, déjà bien divisée, puisqu’il n’est pas rare de voir l’une ou l’autre personne prendre part pour sa plate-forme fétiche.

Et après ?

Dans la troisième partie de cette rétrospective, il sera principalement question du matériel : que peut-on trouver en matière de cartes graphiques ou de processeurs, et quelles sont les évolutions constatées ? Nous discuterons aussi “prix” à propos des SSD : ceux-ci sont désormais plus abordables et on en retrouve de plus en plus dans des configurations de desktops ou même dans les portables. En ce qui concerne les jeux vidéos et les logiciels, je n’ai pas eu assez de temps pour concocter une petite liste, donc ce sera pour plus tard. Désolé !

Aucun commentaire: