Recherche sur le blog

dimanche 30 mars 2014

[Astuces] Un QR Code pour partager son Wi-Fi

C’est Clubic qui nous présente cette “astuce” plutôt intéressante : le service Unitag – il s’agit d’un site web français – permet de créer des QR Code contenant les informations d’un réseau Wi-Fi (SSID, type de cryptage et clé / mot de passe) destiné à être scanné par un appareil tel qu’un smartphone sous iOS (iPhone) ou Android. Rendez-vous directement sur la page unitag.fr/qrcode pour effectuer les manipulations. 

unitag-qrcode2

En résumé, il faut :

  • Choisir le type de QR Code à créer (“Réseau Wi-Fi” dans notre cas).
  • Saisir les informations nécessaires (SSID, mot de passe, etc).
  • Valider : le code est alors créé.
  • Personnaliser le QR Code généré (attention, cela peut rendre difficile le décodage voire impossible s’il contient trop de formes ou autres).
  • Télécharger le résultat sur l’ordinateur et l’imprimer par exemple.
  • Flasher le QR Code sur un appareil compatible (iOS ou Android) avec une application dédiée : le smartphone reconnait qu’il s’agit d’informations pour se connecter à un réseau sans fil et propose dès lors de le rejoindre.

L’article complet : Clubic – Simpl’IT : créer un QR code pour partager son Wi-Fi.

mardi 25 mars 2014

[Sécurité] Du spam sur Facebook via certains sites

Du spam sur Facebook ? Comme c’est étrange… Cette fois-ci, nous allons vous parler d’une pratique pas si récente mais qui pourtant est de plus en plus répandue. Il s’agit d’une sorte d’ “arnaque au clic” : l’utilisateur ouvre un lien en particulier – il s’agit souvent d’une vidéo – et lorsqu’elle est lue ou simplement affichée, cela diffuse le lien vers celle-ci sur son journal (timeline). Bien sûr, cela ne s’arrête pas là puisqu’il arrive qu’une page “fan” (voire plusieurs) soient automatiquement “aimée”. Et l’utilisateur n’y voit que du feu, naturellement…

C’est le cas du site “Buzzatomic” qui propose des vidéos étranges, avec des titres parfois racoleurs ou du contenu à connotation sexuelle, voire des vidéos dérangeantes ou peu adaptées au jeune public. Avant, ces sites proposaient généralement d’aimer avant de pouvoir regarder la vidéo – ce qui, en passant, ne fonctionnait que rarement – mais c’est totalement différent dans ce cas. Lorsque la lecture a été lancée et que vous êtes déjà connecté à Facebook, alors attendez-vous à quelques surprises.

Le site “Actujet” pratique également cette arnaque. Côté contenu il propose également des photos mais rien ne semble déclencher de “like” automatique sur une quelconque page. Cependant, en cliquant sur le bouton “Lecture” d’une des vidéos, nous avons vu apparaitre dans l’historique d’activités une mention “j’aime” sur une page nommée “Buzzfil”. Vous pouvez accéder à votre historique depuis votre journal ou depuis le menu déroulant des paramètres dans la barre supérieure…

Pire encore, des logiciels malveillants sont parfois téléchargés et ce de manière invisible ! Souvenez-vous de la vidéo qui circulait à propos de l’accident de ski de Michael Schumacher. Une seule chose à dire : méfiance !

Sources

Clubic

vendredi 21 mars 2014

[AS400] Mémo – Commandes réseau

C’est en voyant intervenir un collègue il y a quelques jours que j’ai découvert qu’il existait des commandes sur l’AS/400 pour obtenir des informations réseau telles que la route empruntée pour contacter une IP distante ou simplement pour obtenir le délai de réponse d’un hôte en lui envoyant plusieurs paquets. Evidemment, on pouvait s’en douter, mais on ne le sait pas forcément surtout quand on s’habitue à le faire avec un PC. Voici quatre commandes à retenir !

Commande

Description

Paramètres

ping Tester l’accessibilité d’une machine sur un réseau IP Astuce : utilisez le prompt = F4.
Obligatoire (un des 2) :
- RMTSYS = nom système (chaine) 
Facultatifs :
- INTNETADR = adr. IPv4 / 6 (chaine)
    * Si spécifiée, 
        => RMTSYS = *INTNETADR 
- ADRVERFMT : format d’adresse
   *CALC = calculé
   *IP4 = IPv4
   *IP6 = IPv6
- MSGMODE : mode affichage message
- NBRPKT : nombre de paquets (déf : 5)
- PKTLEN : taille paquet en bytes (int)
telnet Permet de se connecter à une machine via le protocole Telnet, si elle l’autorise ou le prend en charge Obligatoire :
- RMTSYS = nom système (chaine) 
Facultatifs :
- INTNETADR = adr. IPv4 / 6 (chaine)
    * Si spécifiée, 
        => RMTSYS = *INTNETADR 
- PORT : spécifier un autre port si néc.
- SSL : *ENVAR, *YES, *NO.
** D’autres paramètres permettent de configurer le clavier pour la session.
traceroute Utilitaire qui permet de suivre les chemins qu'un paquet IP va prend pour aller de la machine locale à une autre machine distante. Obligatoire :
- RMTSYS = nom système (chaine).
- RANGE : paramètre du TTL 
     Spécifier le départ et l’arrêt.
- PKTLEN : taille du paquet (bytes).
- WAITTIME : temps attente réponse.
- OUTPUT : *MSG, *VERBOSE, *DTAQ
** D’autres paramètres à définir
netstat L’exécution de cette commande permet d’avoir par exemple la liste des ports ouverts dans l’invite ; cependant ici cela se fait dans l’émulateur 5250. Le fait de saisir la commande “netstat” permet d’arriver sur le menu “Work with TCP/IP Network Status” ; de là, on retrouve plusieurs options :
1) Work with IPv4 interface status :
    Afficher et gérer les interfaces.
2) Display TCP/IP Route Information
3) Work with IPv4 connection status 
    Liste des ports ouverts
** Les trois options suivantes proposent la même chose pour le protocole IPv6.

Pour lancer ces commandes, vous pouvez le faire depuis le menu principal ; les messages sont susceptibles de s’afficher dans la zone d’état. Vous pouvez également utiliser un “CALL QCMD” pour obtenir l’interface vous permettant d’exécuter des commandes. Bien plus pratique lors d’un ping car on voit toutes les informations s’afficher à l’écran.

qcmd1

mercredi 12 mars 2014

[WD19] Icone dans la zone de notification

Un tout nouveau “tutorial” pour apprendre à minimiser son application sous forme d’icône dans la zone de notification de la barre de tâches. Dans notre cas, nous allons faire en sorte que l’icône en question apparaisse en permanence ; lors d’un double-clic sur celle-ci, la fenêtre principale de l’application sera restaurée et mise en avant plan.

L’avantage est qu’il est ainsi possible de laisser une application active en arrière-plan sans qu’elle ne gêne l’utilisateur ; en effet, lorsque la barre de tâches est remplie, c’est souvent assez sport pour s’y retrouver ! Les applications s’accumulent et on n’y voit plus rien.

Créer un menu contextuel

Depuis l’éditeur de fenêtres, chargez la fenêtre principale puis cliquez sur l’onglet “Fenêtre” et choisissez l’option “Menus contextuels”. Utilisez l’option “Nouveau menu contextuel” et créez une entrée au menu. Nommez celle-ci “Restaurer”. Nous ajouterons le code de l’option plus tard.

Ajout de l’icône par programmation

Pour faire apparaitre l’icône, nous appelons la fonction “SysIconeAjoute” dans les déclarations globales de la fenêtre. En paramètre, nous indiquons l’emplacement de l’image de l’icône, le menu contextuel à associer lorsqu’on effectue un clic droit, le message à afficher en cas de survol, et la procédure qui sera appelée pour chaque évènement qui se produit lors d’une interaction avec l’icône.

SysIconeAjoute

Le menu contextuel créé à l’étape précédent s’appelle donc “MENU_Restaurer” et contient, pour rappel, une option du même nom. En guise de message de survol, nous avons choisi le titre de la fenêtre principale. Enfin, nous avons créé une procédure locale à la fenêtre “lproc_handleSysIco”. Un seul paramètre est nécessaire pour celle-ci : le message (type d’évènement) envoyé par Windows.

HandleSysIco

Dans le code du projet, nous avons ajouté l’instruction “EXTERNE” pour charger le fichier “WinConst.WL” qui contient la définition des constantes. Ainsi, comme le montre le code, le fait d’utiliser le nom de la constante ne pose pas de problème. Ici, nous souhaitons que la fenêtre se remette en avant-plan lorsque l’utilisateur double-clique sur l’icône.

  • La propriété “Visible” permet d’afficher la fenêtre dans la barre de tâches.
  • La fonction “FenEtat” modifie fait en sorte que la fenêtre soit à l’avant-plan.
  • La fonction “Restaure” permet de passer de l’état minimisé à restauré.

D’autres évènements pour gérer les clics de souris peuvent être traités dans cette procédure, comme l’indique la documentation officielle de PC SOFT.

Code de l’option du menu contextuel

Nous éditons maintenant le code de l’option de notre menu contextuel “MENU_Restaurer” afin d’appeler la procédure “lproc_handleSysIco()” en lui faisant croire qu’elle a reçu un évènement de type “double-clic”.

appelProcSysIco

Ainsi, lorsqu’on effectue un clic droit sur l’icône, on voit apparaitre le fameux menu contextuel avec son unique option pour faire réapparaitre la fenêtre à l’écran. N’est-ce pas formidable ?

Cacher la fenêtre quand elle est minimisée

Etant donné qu’il n’est pas possible directement de gérer cet évènement lors d’un redimensionnement de la fenêtre, nous allons “surcharger” ce dernier. Cette astuce a été donnée sur les forums de Windev par un certain monsieur Patrice Barreau (merci à lui !).

Il faut tout d’abord définir un ensemble de constantes dans la déclaration de votre projet. Elles correspondent aux différents types de redimensionnements de votre fenêtre. Voici les valeurs.

SIZE_MAXHIDE = 0x0004 // Sent to all pop-up when some other window maximized.
SIZE_MAXIMIZED = 0x0003 //The window has been maximized.
SIZE_MAXSHOW = 0x0002 // Sent to all pop-up when some other window restored.
SIZE_MINIMIZED = 0x0001 //The window has been minimized.
SIZE_RESTORED = 0x0000 // SIZE_MINIMIZED / SIZE_MAXIMIZED don’t apply.

Ensuite dans votre fenêtre principale, vous devez ajouter du code et faire appel à la fonction “Evènement”, de préférence avant même d’avoir créé l’icône système. Le premier paramètre est le nom de la procédure à appeler, le second l’objet auquel on associe l’évènement et le troisième la constante de l’évènement à gérer.

Event

Le deuxième paramètre vaut ici “*.”, cela signifie que l’évènement est géré dans toutes les fenêtres de l’application. Vous pouvez trouver dans la documentation officielle l’ensemble des valeurs possible pour ce paramètre.

Enfin, la dernière étape consiste à créer la fonction “ON_WM_SIZE”, locale à la fenêtre principale. Elle reçoit les trois paramètres habituels : le numéro de message, les premier (wParam) et second (lParam) paramètres du message. On peut alors traiter les différents cas avec un switch, en utilisant les constantes précédemment définies pour chaque cas.

On_WM_SIZE8

Pour l’évènement “fenêtre minimisée”, nous nous sommes basés sur un paramètre défini par l’utilisateur, stocké dans une variable globale de l’application. Valeur provenant également du registre, histoire de bien personnaliser le tout ! Ainsi on peut contrôler si on veut vraiment masquer l’application de la barre de tâche en cas de réduction.

Vous pouvez effectuez d’autres opérations lors du traitement des évènements, comme afficher la hauteur et la largeur de la fenêtre grâce à l’utilisation des fonctions :

  • PoidsFaible : avec en paramètre, lParam.
  • PoidsFort : avec en paramètre, lParam.

A vous d’exploiter au mieux ces évènements !

Fermeture de la fenêtre principale

N’oubliez pas d’effectuer un appel à SysIconeSupprime afin que l’icône soit proprement enlevée de la zone de notification.

Résultat

La fenêtre… Dans le menu “Fichier”, nous avons ajouter une option à cocher afin de déterminer s’il faut oui ou non masquer l’application de la barre de tâches lorsque celle-ci est réduite. C’est cette option qui manipule la variable globale et qui sauvegarde le choix dans le registre, pour qu’il soit récupéré au prochain lancement de l’application.

L’icône… Celle-ci a été ajoutée à partir du moment où la fenêtre principale a été initialisée. Nous avons placé le fichier d’icône directement dans la bibliothèque de l’exécutable afin de ne pas référencer un chemin particulier. Dans WinDev, il suffit simplement de placer le fichier dans la catégorie “Autres” de l’explorateur de projet.

FenIconeAffichee

Le menu contextuel lors d’un clic droit… On retrouve bel et bien le fameux menu contextuel que l’on a créé dans la fenêtre principale. Le fait de cliquer sur l’option affichée va restaurer et remettre la fenêtre en avant-plan et ce même si elle est déjà présente dans la barre de tâches. Idem lors d’un double-clic sur l’icône !

FenIcoMenu

Sur ce, maintenant que vous avez compris l’astuce, à vous de jouer : rendez vos applications plus ergonomiques et moins envahissantes ! Bon développement à tous.